Français
NOIRE FINANCE
Sortie du DVD
Vign_noire_finance_DVD
Réalisateur : Jean-Michel Meurice

Auteurs : Fabrizio Calvi, Jean-Michel Meurice
Producteurs : ZADIG PRODUCTIONS, ARTE GEIE

Peut-on encore arrêter la finance folle ? Une enquête magistrale au cœur d'un capitalisme financier que plus personne ne maîtrise, et qui a plongé le monde dans de graves turbulences.

Pourquoi faut-il donner de l'argent public aux banques privées en faillite ? C'est par cette question sans ambiguïté que s'ouvre ce passionnant documentaire qui nous entraîne dans les arcanes d'un système financier devenu incontrôlable. Y répondre n'était pas gagné d'avance, tant est opaque l'univers de la finance. Mais Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi (déjà coauteurs pour ARTE de Série noire au Crédit Lyonnais et de ELF : les chasses au trésor) nous ont habitués depuis longtemps à traiter sous une forme accessible des dossiers complexes. Noire finance s'inscrit dans cette veine : un montage très éclairant de propos de spécialistes, émaillé de scènes d'animation, retrace l'histoire politique des déréglementations qui ont abouti à la financiarisation de l'économie mondiale, au profit d'une spéculation criminelle.

Peut-on encore arrêter la finance folle ?
Vign_logo2

Une enquête magistrale
au cœur d’un capitalisme financier que plus personne ne maîtrise, et qui a plongé le monde dans de graves turbulences.

VOIX DISSONANTES ...
car parfois le silence rend complice...

"Entre nous, pouvez-vous m'expliquer pourquoi il faut que l'Etat, c'est-à-dire nous,
pourquoi faut-il donner de l'argent public aux banques privées en faillite et pourquoi faut-il, en même temps, baisser les salaires, réduire les emplois, augmenter les impôts et fermer des entreprises de plus en plus nombreuses ? "

« Noire Finance »... et après, l’offensive ?
Vign_solidarite_et_progres
Jean Michel Meurice et Fabrizio Calvi nous ont gratifié mardi sur Arte d’un documentaire inédit sur la crise financière en nous montrant la continuité des opérations de l’oligarchie financière depuis 1929 jusqu’à nos jours. Il est en effet toujours fondamental de replacer les événements présents dans l’histoire si l’on veut sortir de l’impuissance politique.
ARTE +7 Voir ou revoir le 1er épisode
Vign_arte-tv
La grande pompe à phynances

Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d'octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, qui elle-même se développe en crise économique mondiale. Des "barons voleurs" d'hier aux golden boys des années Tapie, des accords de Bretton Woods à la création de l'euro, il retrace ensuite les différentes étapes qui ont conduit à la libéralisation des flux financiers. Assurances, produits dérivés, fonds spéculatifs (hedge funds)... : les dispositifs techniques se succèdent pour accroître les profits, augmentant toujours plus le risque et la fraude systémiques.
ARTE +7 Voir ou revoir le 2ème volet
Vign_arte-tv
Le bal des vautours

Le second volet montre comment, à travers l'éclatement de la bulle immobilière et la crise des subprimes des années 2000, le "piège à pauvres" s'est refermé. Il décortique les rouages de la "machine à dette" et expose avec clarté les logiques boursières qui ont mené à la crise mondiale actuelle. Dénonçant l'impunité des "banksters" et leur emprise sur la classe politique occidentale (aux États-Unis, on parle même d'un "gouvernement Goldman Sachs"), les réalisateurs concluent leur enquête sur un chiffre éloquent : les principaux dirigeants financiers mondiaux totalisent 95 milliards de dollars de salaire alors qu'ils ont accumulé 1 000 milliards de perte...
LE MONDE Télévision
Vign_le_monde
"Noire finance"
02.10.2012 à 20h09 • Mis à jour le 03.10.2012 à 08h46
Par Joël Morio
Un documentaire sur la finance qui commence avec une citation d'Olivier Besancenot laisse augurer un portrait au vitriol du capitalisme...
"Noire finance" : enquête sur le grand Meccano de la spéculation
Vign_teleobs
Pouquoi faut-il donner de l’argent public aux banques privées en faillite? Cette question est sur bien des lèvres aujourd’hui. Y répondre relève du casse-tête tant est devenu opaque et complexe le monde de la finance. Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi ont néanmoins tenté de relever le défi. Et les deux auteurs – dont ...
Les moutons enragés: Les moutons en ont marre, ils s'informent!
Vign_dons
« Télévision, boite à cons » ai-je pu entendre par moment, reste une chaine qui étrangement propose des reportages qui sortent réellement du lot pour notre plus grand bonheur! « Noire finance » s’annonce serait donc à voir absolument, pour ceux qui n’auraient pas été informés de sa diffusion. Merci à Natacha pour l’info et le lien.
TSR
Vign_tsr
Dans l'émission Histoire Vivante:

L’esprit du capitalisme
Nous recevons ce vendredi Fabrizio Calvi, co-auteur, avec Jean-Michel Meurice, du documentaire en deux parties "Noire Finance".

NOIRE FINANCE
Vign_arte-tv
Par Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi

Pourquoi la crise ? Pourquoi faut-il renflouer les banques quand les entreprises ferment, quand l'euro est attaqué, et quand l'état croule sous les dettes ? Cette enquête nous aide à comprendre la grave crise bancaire et financière qui bouleverse l'économie mondiale depuis 5 ans. Elle nous entraine au cœur d'un nouveau système capitaliste que plus personne ne maîtrise. Les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, et l'Etat n'y fait rien. Peut-on encore arrêter la finance noire ? Et comment ?


Sujet de grande actualité, récurrent et qui le restera encore un long moment. Indispensable pour comprendre les raisons de la crise économique et financière qui menace la stabilité de la planète.

La victoire de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne, en 1979, suivie de celle de Ronald Reagan, aux États-Unis, en 1980, a marqué le début d’une révolution « néolibérale » qui a profondément transformé le capitalisme, un cycle qui s’est achevé en 2007, lorsque la crise des « subprimes » a éclatée aux Etats-Unis avant de contaminer le reste de l’occident.

Les deux dirigeants anglo-saxons, adeptes convaincus du libre jeu du marché, entourés de conseillers économiques provenant des plus grandes banques, se sont lancés dans une entreprise de déréglementation sans précédent : pan par pan, c’est tout l’héritage de la grande dépression de 1929 et de l’après-guerre qui a été démantelé. Le premier choc avait été donné par Richard Nixon qui, à cause de la guerre du Vietnam qui a fait exploser l’endettement américain, a mis fin unilatéralement à la convertibilité du dollar en or en 1973. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qui ont vu leur secteur industriel s’effondrer, ont décidé de financer le développement à crédit. Pour faciliter le crédit il fallait libérer la finance de toute contrainte et l’autoriser à prendre des risques pour faire tourner la machine.


Cette entreprise a été poursuivie par les successeurs de Reagan et Thatcher, qu’ils soient conservateurs ou de « gauche ». L’ironie veut que le dernier acte du démocrate Bill Clinton ait été de signer, dans le bureau ovale, une loi de plusieurs milliers de pages achevant de faire sauter les derniers verrous qui empêchaient les marchés financiers de faire ce qu’ils voulaient. C’est en particulier grâce à cette loi que le marché des dérivés, dont les fameux CDS, a explosé : en huit ans, il est passé de quelques centaines de milliards de dollars à plus de 60.000 milliards de dollars : quasiment aucun contrôle n’existe et ils permettent toutes les prises de risques. C’est aussi cette loi, copiée en Europe, qui a permis les ventes à découvert, instrument privilégié des spéculateurs.


En quelques années, le vieux capitalisme est balayé : on entre dans l’ère de la financiarisation à outrance, celle de l’endettement généralisé, celle du capitalisme de pari où le profit immédiat l’emporte sur l’investissement, où les risques ne sont plus supportés par l’apporteur en capital, mais parles investisseurs du monde entier.


Une élite financière s'est créée. Un fossé profond s'est creusé entre la sphère financière et la sphère productive. La finance globale s'est mise à dériver : un oligopole de grandes banques est devenu facteur d'instabilité, favorisant d'immenses inégalités. Jusqu'à ce que la réalité revienne au galop. Après les premières alertes, effondrement boursier de 1987, crise des dettes publiques en Asie et en Amérique latine, explosion de la bulle internet en 2000, en 2007, c'est tout le système qui implose. « Toute l'économie est saccagée », dénonce Georges Soros pourtant grand spéculateur.


EDITION

Ce film en deux parties de 70' nous permet de voir et de comprendre les principaux mécanismes qui ont conduit à la crise actuelle. Economistes, banquiers, journaliste, policier décryptent cette matière complexe et nous offrent des explications claires et accessibles que complètent et concrétisent des maquettes malicieuses.


« La grande pompe à Phynances » de 1929 à 2007, la mise en place d'un nouveau capitalisme. le démantèlement des contrôles, de 1980 à 2000, et les nouveaux outils financiers.


« Le bal des vautours » de 2007 à 2012, la crise en marche.:: tout est bon pour s’enrichir et tant pis si la société devient de plus en plus injuste. Pourquoi personne n’a rien vu venir ? Pourquoi n’a-t-on pu empêcher la catastrophe ? Et pourquoi rien ne semble devoir changer ?

PRESENTATION EN AVANT PREMIERE
Présentation en avant première les 11 et 12 septembre à Narbonne
Vign_image003
REVUE DE PRESSE ...
NOIRE FINANCE
Vign_logo_facebook
Sur Facebook
 
 
 
 
LES PROTAGONISTES
fabrizio.calvi© 2011
Créer un site avec WebSelf